Au revoir Monseigneur

Monseigneur,

C’est au nom du Conseil Pastoral Diocésain et des secrétaires que vous avez nommés, Philippe Bleynie et moi-même, que je m’adresse à vous. Votre présence dans le diocèse de Limoges est à l’image du clocher de cette cathédrale où nous sommes rassemblés ce soir, elle nous laisse un goût d’inachevé. D’une Ostension à l’autre, du 17 mai 2009 à ce 20 novembre 2016, le temps aura passé très vite, trop vite, laissant de nombreux projets en cours. Je m’en tiendrais à un domaine qui vous est cher, le Conseil Pastoral Diocésain. Le Conseil Pastoral Diocésain a d’abord été pour vous un sujet de recherche, « conseiller l’Evêque et représenter l’Eglise : le Conseil Pastoral Diocésain comme expression particulière de la synodalité ».

Clin d’œil de la Providence, aubaine pour le conseil, vous êtes nommé dans le diocèse qui, le premier en France, grâce au nouveau code de droit canon paru en 1983, a mis immédiatement en route une démarche synodale  et tenu un synode diocésain en 1985. De la théorie, à laquelle vous n’avez plus beaucoup de temps à consacrer, à la pratique !

De session en session, nous avons appris à vous connaître, à apprécier en particulier votre respect et  votre souci des personnes qui se manifeste en bureau, par un temps d’échanges informels et personnels précédant toujours l’élaboration de l’ordre du jour ; de même les temps de pause ou de repas pendant les sessions du conseil permettent à chacun de dialoguer avec vous, même s’il faut se remettre vite au travail. Votre souci d’approfondissement des dossiers est une autre de vos qualités: la précision, la rigueur toujours dans le respect du droit canon, demandent du temps, parfois un peu trop de temps. Vous savez écouter les propositions du conseil et quand vous lui demandez son avis, il est pris en compte, ce qui fut le cas pour Solignac. Les sujets traités en conseil débouchent ensuite sur des décisions ou des écrits. Dans votre lettre pastorale « Un peuple en marche » vous détaillez sept chemins ; chacun de ces chemins, qui a donné lieu à des réflexions du Conseil Pastoral Diocésain, est jalonné de réalisations concrètes, par exemple la refonte du Service Diocésain de la Catéchèse pour une catéchèse à tous les âges de la vie ou l’attention aux plus pauvres avec la mise en place du Conseil Diocésain de la Solidarité…Plus personnellement, je témoignerai de la confiance que vous m’avez manifestée pour la tâche que vous m’avez confiée.

Vous n’avez pas eu le temps de faire toutes les visites pastorales de votre diocèse, mais la composition du Conseil vous a permis, de session en session, de vous imprégner de la diversité des situations géographiques, humaines, ecclésiales, de découvrir entre autre la ruralité, que ce soit celle de la Creuse ou  de la Haute-Vienne.

Nos chemins vont se séparer, nous vous remercions de tout ce que vous nous avez apporté ; maintenant, à chacun sa mission : vous allez découvrir de nouvelles réalités urbaines et rurales, et en particulier des vaches qui n’auront pas tout-à-fait la même couleur que nos chères limousines, mais maintenant vous savez faire la différence. A nous peuple en marche, de continuer à vivre de la vie synodale, telle que vous l’avez impulsée et pour cela vous nous avez laissé une feuille de route « Eveillons nos communautés à la vie synodale ». Nos pensées et prières vous accompagnent dans votre nouvelle mission.

Martine Demartial, le 20 11 16