Communiqué

Depuis que la menace terroriste pèse sur notre quotidien, une attaque ciblée contre la communauté catholique était dans l’ordre des choses possibles. C’est aujourd’hui une réalité après le lâche attentat perpétré  dans la paroisse  de Saint-Etienne  du Rouvray.  Ma  première pensée s’adresse aux victimes, à leurs proches, à tout le diocèse de Rouen.

Comme l’a souligné le Président François Hollande, ce qui vient de se passer « touche véritablement à notre identité, c’est un crime qui symboliquement est d’une gravité exceptionnelle ». Pour la première fois en France, c’est la communauté catholique en tant que telle qui est meurtrie par le terrorisme. Au nom du diocèse de Limoges, je m’associe à la condamnation de cette violence inqualifiable.

II est facile d’engager la polémique sur les questions de sécurité. Mieux vaut reconnaitre qu’il est illusoire d’exiger une protection absolue de cibles civiles, multiples et désarmées, pouvant  être frappées par surprise, a tout instant et par n’importe qui. II   importe surtout que chacun prenne sa part de responsabilité en vue de la sécurité de tous. En tant que citoyens, les catholiques peuvent et doivent s’engager en ce sens, avec détermination et vigilance.

Un autre combat doit être mené : celui de l’unité. Nous devons agir avec courage et lucidité, sans céder à la peur, ni laisser tiédir l’élan de la solidarité. Nous devons, plus que jamais,  favoriser  la rencontre  de toutes  les  forces  vives  de  notre  pays,  afin  de construire l’avenir ensemble, dans le respect et la confiance.

Vendredi 29 juillet  sera pour tous les catholiques de France une journée de jeune et de prière pour la France et pour la paix. Toutes les personnes qui le souhaitent pourront se rassembler à la cathédrale de Limoges pour un temps de prière à partir de 18 heures. Je présiderai l’eucharistie qui sera célébrée à 19 heures.

 

A Limoges, le 27 juillet 2016

 

+ François KALIST Évêque de Limoges