« Vivre sa mission avec un handicap »

C’était le thème d’un premier rassemblement national de personnes handicapées, organisé à Nîmes. Marie-Pierre Clain, Florence Couderc et Jean-Marie Cruveilher ont été nos délégués.Jean-Marie,Florence,MP

  • Marie-Pierre est secrétaire paroissiale, engagée à l’hospitalité diocésaine et à la Fraternité Chrétienne des Personnes Malades et Handicapées, bénévole en soin palliatif à l’ASP 87, handicapée physique.
  • Florence est chargée de mission au Conseil Régional Limousin, engagée à l’aumônerie en ville et dans sa paroisse, handicapée psychique.
  • Jean-Marie est travailleur en ESAT, laïc consacré dans la famille du Prado, engagé à l’aumônerie en ville, handicapé psychique.

Ces personnes, avec trois handicaps différents, sans expérience préalable commune, ont risqué l’aventure.
Avec Marie Claire (DDPS), elles se sont approprié l’appel. Au cours des préparatifs, leur enthousiasme spontané et la confiance qui s’est vite instaurée entre elles ont dissipé leurs difficultés respectives. En mutualisant leurs ressources, elles ont décidé de partir sans accompagnateur.

Dès le voyage, en découvrant respectivement plus en détails leurs missions et aussi leurs handicaps, elles ont captivé leurs voisins, et une joyeuse ambiance s’est répandue dans le wagon. Au cours du Week End, dans une convivialité contagieuse, chacun a aidé l’autre. Avec patience, attention et bienveillance, le groupe s’est formé avec des personnes sourdes, bipolaires, trisomiques, aveugles, ou en fauteuil, toutes engagées.

Jean-Christophe Parisot, marié, père de famille, préfet, diacre, tétraplégique a donné un poignant témoignage qui a su faire sourdre les potentiels de chacun, leur donnant le désir de dépasser les résistances pour se mettre en chemin. Il les a interpellés : « vous qui avez un handicap, vous avez une force d’intercession extrêmement forte : priez pour que l’Église s’ouvre pour les personnes ayant un handicap. Vous devez obliger le monde et l’Église à changer de regard et de priorité. »

Témoignages
De l’émotion et de l’entrain !

Jean-Marie : Cette expérience m’a permis de retrouver confiance en moi pour vivre mon handicap comme une force. J’affronte le quotidien plus sereinement et avec assurance, enraciné dans l’Évangile et l’Église.

Marie-Pierre : Voir autant de personnes handicapées engagées « faire corps », a été source de joie. Malgré une aisance apparente, j’ai pris conscience d’une certaine timidité. Maintenant je suis convaincue que je dois être moteur pour les autres.

Florence : J’ai transformé mon regard sur le handicap physique. Puisant ma force dans le Christ, je peux témoigner que ma fragilité invisible est un exemple pour proposer une société de relations et non de performance ; une Église de l’être et non du faire.

La Pastorale de la Santé