Rentrée pastorale

Dans la liturgie de la consécration épiscopale, Mgr Wintzer n’a pas demandé si j’étais disposé à être éditorialiste. Peut-être était-ce inclus dans la question : « Voulez-vous annoncer l’Évangile du Christ avec fidélité et sans relâche ? ».
En tout cas, j’ai répondu « oui » à tout et me plie donc volontiers à ce devoir de rentrée. La première, pour ce qui me concerne, marquée par l’enthousiasme des commencements, dont je demande au Seigneur qu’il ne s’émousse pas et soit sans cesse renouvelé.
Pour la plupart d’entre vous, lecteurs, cette rentrée n’est probablement pas la première. Je demande pour vous l’enthousiasme des recommencements !
Dans l’Évangile du jour où j’écris ces lignes, la parabole du semeur, Jésus explique que la semence qui donne du fruit au centuple, « ce sont les gens qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance » (Lc 8, 15).
Persévérer, qui traduit le grec hupomonè, signifie aussi patience, constance. Ainsi, porter du fruit au centuple, ce n’est pas forcément l’éblouissement d’une récolte exceptionnelle, c’est également le lent et long travail de la persévérance.
Puisque l’évangélisation du diocèse de Limoges n’est pas terminée, et ne le sera jamais jusqu’à l’avènement définitif du Royaume, il nous faut donc continuer, reprendre, relancer, ré-essayer, innover, donc persévérer.
Sans prétendre à « de grands desseins ou merveilles qui nous dépassent » (Ps 130), notre persévérance se manifeste d’abord dans la fidélité aux petits engagements du quotidien (« La vie humble, aux travaux ennuyeux et faciles, est une oeuvre de choix et qui vaut beaucoup d’amour » Verlaine, Sagesse). Elle se manifeste même dans la conscience de notre pauvreté : « la crainte qu’on éprouve de ne pas répondre assez à l’amour de Dieu est une marque de fidélité » (Dom Guillerand, Le silence Cartusien).

Mais notre persévérance-fidélité ne signifie pas pour autant routine ou habitude.
Sans cesse le Christ vient faire « toutes choses nouvelles » (Ap. 21, 5). Comme le dit magnifiquement Saint Irénée, « Il a apporté toute nouveauté en s’apportant lui-même ». Notre fidélité est donc aussi renouvellement incessant. Elle se manifeste dans le désir de chercher ensemble comment répondre à cet amour, dans nos paroisses, nos mouvements et services, en entreprenant, imaginant des projets nouveaux, avec une charité « inventive », en « renouvelant notre façon de penser pour discerner la volonté de Dieu » (Rm 12, 2).
Au fil de ma visite pastorale, j’aurai la joie de vous rencontrer peu à peu au long de cette année, de découvrir les réalités pastorales dans lesquelles vous êtes engagés et de vous encourager à l’audace missionnaire.
Je vous souhaite une bonne rentrée, une belle et sainte année pastorale et prie le Seigneur de vous bénir et de vous donner le goût d’une persévérance non-routinière !

+ Mgr Pierre-Antoine Bozo