Homélie du 1er janvier 2020

1° Janvier 2020 (A) – Saint Pierre du Queyroix

+

« Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage et qu’il t’apporte la paix ». Voilà comment Dieu veut que Moïse bénisse les fils d’Israël. Cette première lecture annonce que le Seigneur veut faire briller sur nous les hommes, son visage.

Et son visage a lui, a brillé, a resplendi, d’une manière inégalée sur l’enfant de Bethléem. La magnifique bénédiction que Dieu nous offre, c’est Jésus. En Jésus, Dieu fait briller sur nous son visage et nous apporte la paix. Il est le Prince de la Paix. Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix, ça n’est pas à la manière des hommes que je vous la donne…

Pas à la manière des hommes. Nous voyons bien ce que c’est que la manière des hommes, c’est une comptabilité, une diplomatie fragile, des tractations… Pas à la manière des hommes.

Dans son message pour la 53° journée mondiale de la Paix, en ce 1° janvier 2019, le Pape François insiste sur le désir de la paix :

« Le chemin de la réconciliation exige patience et confiance. On n’obtient pas la paix si on ne l’espère pas.

Il s’agit avant tout de croire en la possibilité de la paix, de croire que l’autre a le même besoin de paix que nous. En cela, l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous peut nous inspirer, un amour libérateur, sans limite, gratuit, inlassable.

Pour les disciples du Christ, ce chemin est aussi soutenu par le sacrement de la Réconciliation (…). Ce sacrement de l’Église, qui renouvelle les personnes et les communautés, invite à avoir le regard tourné vers Jésus qui a réconcilié « tous les êtres pour lui, aussi bien sur la terre que dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix » (Col 1, 20) ; et il demande d’abandonner toute violence en pensées, en paroles et en actions, aussi bien envers le prochain qu’envers la création.

La grâce de Dieu le Père s’offre comme un amour sans conditions. Une fois reçu son pardon dans le Christ, nous pouvons nous mettre en chemin afin de l’offrir aux hommes et aux femmes de notre temps. Jour après jour, l’Esprit Saint nous suggère des comportements et des paroles pour que nous devenions des artisans de justice et de paix.

Cette invitation du Pape François pourrait nous tracer un chemin pour cette année. La paix du monde ne dépend pas de nous directement, mais elle en dépend tout de même. Si ici, dans nos familles, nos relations professionnelles, amicales, associatives, nous sommes des artisans de cette paix, nous aurons fait ce qui dépend de nous et nos vœux de paix auront du sens.

Je vous invite à imiter Marie devant l’enfant de la Crèche : elle retenait tous ces événements et les méditait en son cœur… Il faut passer nos réflexes immédiats, à fleur de peau, nos réactions trop humaines par le filtre du cœur, d’un cœur orienté vers Dieu. Que Marie, Mère de Dieu et notre mère, nous y aide. Amen.

 

† Mgr Pierre-Antoine Bozo