Homélie du 2§ème Dimanche du Temps Ordinaire

Saint-Maurice La Souterraine

22 septembre 2019

+

– Étonnant, c’est le maître, qui fait l’éloge de ce gérant malhonnête, alors qu’il est lésé. Ce qui signifie que c’est bien l’habileté et non la malhonnêteté qui est mise en valeur. Amos dans la première lecture nous confirme que la Révélation biblique fustige la malhonnêteté…

– Nous devons rendre des comptes de notre gestion… l’argent est symptomatique du risque d’idolâtrie. Mais dans notre texte il s’agit de Mamona, Mamon, qui est la richelle matérielle personnifiée. Une idôle.

Dans la conception chrétienne qui reconnaît le droit de propriété, il y a une certaine limite. Usus et abusus romain… Le chrétien est toujours d’une certaine manière un gérant de biens qui lui ont été confiés : à commencer par notre vie, qui ne nous appartient pas, ses qualités culturelles, spirituelles, intellectuelles, morales, affectives… Mais aussi ses biens matériels. C’est ce qui est redit d’une autre manière dans le dernier verset : aucun domestique ne peut servir deux maîtres. Dieu et Mamon. Les idoles : si on absolutise la propriété, elle devient une idole….

– L’argent trompeur. Faites-vous des amis avec l’argent trompeur. L’argent est ambigü, il est un piège. Il est plus difficile à un riche d’entrer dans le Royaume… Se faire des amis avec l’argent trompeur, c’est faire servir l’argent au bien.

– Enfin, revenons sur la fraude : nous pouvons transposer.

Pardonne-nous nos offenses : Dimitte nobis debita nostra. Remets nous nos dettes. Celui qui efface notre dette, pas à moitié, mais complètement, qui la remet à zéro, c’est Jésus. Col. 2 : « Vous étiez des morts, parce que vous aviez commis des fautes (…). Mais Dieu vous a donné la vie avec le Christ : il nous a pardonné toutes nos fautes. Il a effacé le billet de la dette qui nous accablait (…) : il l’a annulé en le clouant à la croix ». Notre deuxième lecture dit cela encore : Dieu veut que tous les hommes soient sauvés. (…) En effet, il n’y a qu’un seul Dieu, il n’y a qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous.