Kilomètres Soleil 2019

Saint Priest Taurion – 16 mars 2019

– Abeilles dans mon jardin. Elles sont mortes. Je ne sais pas si elles seront rassemblées devant Dieu pour le jugement, comme dans cette grande vision que Jésus nous décrit. Mais en tout cas, il n’y a pas de bonnes abeilles qui font bien et de mauvaises abeilles.  Non, une abeille, ça fait l’abeille. Ca remplit ses fonctions. C’est programmé pour ça. Elles remplissent 6 fonctions durant leur courte vie. La dernière, c’est la seule qui se voit de l’extérieur : elles sont butineuses.

 

– Nous, nous pouvons choisir de quelle manière nous allons vivre. Nous ne sommes pas programmés comme les abeilles…  Nous avons une liberté de choix qui fait la beauté et la difficulté de notre vie d’homme.

 

– Pour le moment

  • vous avez déjeuné : vous n’avez pas faim
  • vous avez bu : vous n’avez pas soif
  • vous habitez votre pays : vous n’êtes pas un étranger
  • vous avez des habits : vous n’êtes pas nus
  • vous êtes en bonne santé : vous n’êtes pas malades
  • vous êtes ici : vous n’êtes donc pas en prison…

 

J’espère que tout cela ne vous arrivera pas. Mais vous savez que ça arrive à d’autres, même tout près de chez nous, même chez nous.

 

Face à ces difficultés, Jésus nous lance un appel très fort : « tout ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». Jésus s’identifie à ceux qui souffrent. Si on aime Jésus, parce qu’on est chrétien, on doit aimer ceux qui souffrent. Le message est très clair.

 

Concrètement, ça veut dire deux choses, très simples :

– C’est ensemble que nous pouvons répondre. Tout seul, je ne peux pas m’occuper de tout le monde. Dans notre diocèse, je peux vous dire : toutes ces catégories que Jésus énonce : ceux qui ont faim, soif, sont étrangers, nus, malades, en prison, sont aimés, aidés par des milliers de chrétiens et aussi des non chrétiens. Saint Vincent de Paul, Sec Catho, CCFD… Visiteurs de prison, de malades, attention aux demandeurs d’asile, aux migrants… Donc, nous ne pourrons être fidèles à ce que Jésus demande qu’ensemble. C’est pourquoi il y a l’Église.

Pendant une journée ordinaire de sa vie, une abeille butine sur 25 km d’une fleur à l’autre pour obtenir 0,5g de nectar, ce qu’il faut pour un dixième de gramme de miel. Vous voyez que si vous avez faim et que vous voulez manger du miel, une abeille toute seule ne vous sera pas très utile.

– C’est chacun qui est nécessaire. Si une abeille fait défaut, il y a moins de miel. Vous êtes trop jeunes pour être visiteur de prison, ou d’hopital. Mais pas pour visiter votre voisine âgée, pas pour donner un peu de l’argent de votre tirelire pour la quête de carême, pour être attentif à l’école à un élève étranger qui ne parle pas encore bien notre langue…

 

Pour tout cela vous avez le choix. Il y a toute une suite de l’Évangile que nous n’avons pas entendu ou Jésus dit l’inverse : j’avais faim, vous ne m’avez pas donné à manger etc…

 

Choisissez d’aimer, choisissez de donner : votre vie est faite pour cela. C’est ça qui la rendra belle, pas de vous occuper de votre petit confort, de votre satisfaction immédiate.

Une abeille ne vit que pour l’ensemble de la ruche. C’est pour ça qu’elle peut vous piquer : pour défendre la ruche. Mais quand elle vous pique, elle meurt. Elle préfère défendre la ruche que sa propre vie.

 

† Pierre-Antoine Bozo