Ordination Stuart Agnew – Collégiale du Dorat – 10 novembre 2018

Vous ne le savez pas nécessairement, mais avant d’être ordonné prêtre, lecandidat écrit à l’évêque pour lui demander à recevoir le sacrement de l’ordre. Dans la lettre qu’il m’a donc écrite le 25 juin dernier, Stuart m’a expliqué qu’il avaittrois familles :

– La famille qu’il a fondée avec Carole, son épouse décédée en 2012 et les sixenfants qui sont nés de leur amour, ainsi que leurs six petits enfants.
– La famille séculière franciscaine, dont il est membre et responsable à Limoges et dont nous avons la joie d’accueillir ici des membres.

– La famille paroissiale, largement représentée en cette collégiale, à travers tous ses états de vie.

Trois familles, c’est beaucoup pour un seul homme. Heureusement pour vous,Stuart, ces trois familles trouvent une unité dans votre cœur. Ce qui unifie cetimmense réseau, c’est l’amour, « qui fait l’unité dans la perfection » selon le mot de Saint Paul (Col 3, 14).

Cet amour qui unit, l’Évangile selon Saint Jean que nous venons d’entendre, enparle abondamment : en 8 versets, on trouve 12 fois ‘amour’, ‘aimer’, ‘amis’.

Stuart n’a pas attendu d’être ordonné prêtre pour aimer. Il a commencé par être aimé par ses parents. Il a ensuite grandi dans l’amour grâce à ses 36 ans de vieconjugale, mais également grâce à ses enfants et petits enfants. Il a appris à aimerà l’école exigeante de Saint François d’Assise. Mais il a aimé aussi par tant et tant de relations nouées dans son pays natal, dans son travail d’infirmierpsychiatrique, dans les paroisses et communautés fréquentées, et depuis 2006, dans notre terre limousine.

Est-ce qu’en devenant prêtre, Stuart va aimer davantage ? Je ne sais pas, peut-être,parce qu’on aime jamais assez, on a jamais fini d’aimer. Peut-être le sacerdoce va- t-il encore dilater son cœur, lui révéler des capacités d’aimer insoupçonnées ? Mais ce qui est certain, c’est que Stuart va aimer autrement en changeant d’état. Ilétait un fils de l’Église, il en devient aussi le pasteur. Il était un disciple de Jésus, il en sera désormais ‘l’ambassadeur’, comme nous l’avons entendu dans la bouchede Saint Paul. Il fut l’époux de Carole, il va, selon un registre symbolique, devenirl’époux de l’Église à laquelle il se donnera tout à l’heure en disant au nom de Jésus, au cœur du mystère eucharistique : «ceci est mon corps, livré pour vous » : l’époux donne son corps à l’épouse.

Si Stuart est aujourd’hui ordonné prêtre, c’est qu’il a fait comme Saint Paul l’expérience centrale de l’amour de Jésus-Christ. Il peut dire avec Paul : « l’amour du Christ nous saisit quand nous pensons qu’un seul est mort pour tous ». Pour

tous, c’est à dire pour chacun. Paul personnifie ce constat dans la lettre aux Galateslorsqu’il écrit, en contemplant le Christ en Croix : « il m’a aimé et s’est livré pourmoi ». C’est parce que Stuart a été guéri qu’il est envoyé « guérir ceux qui ont lecœur brisé », c’est parce qu’il a été délivré et libéré, qu’il est envoyé « proclamer aux captifs la délivrance », « aux prisonniers la libération ». C’est parce qu’il est un pécheur pardonné qu’il se voit confier la « parole de la réconciliation, le ministère de la réconciliation ».

Le ministère que Stuart reçoit aujourd’hui n’est pas pour lui. Il est pour nous, pour vous. Merci Stuart de continuer de vous donner en vous laissant « consacrerpar l’onction ». Vous êtes père et grand père, vous devenez ce soir un jeune prêtre.Votre vie déjà bien pleine reçoit de l’amour de Dieu un surcroît de sens, qui vous dépasse et qui dépasse aussi probablement vos enfants.

I would specially like to thank Stuart’s children for having accepted this path their father has chosen, which is out of the ordinary. Certainly you are being asked to share him with many other people. However, it’s not as if you’re losing him. Today he becomes your father in two ways, both humanly speaking and in the life of grace. I am certain that the choice Stuart has made and the gift of priesthood he is now receiving will be a blessing for all your family.

Nous fêtons demain le centième anniversaire de la fin du 1° conflit mondial. Cet anniversaire nous oblige. Il nous oblige certainement à regarder ce que nousferons de l’Europe qu’ont voulue ses pères fondateurs, qui furent des chrétiens et qui a garanti 70 ans de paix après trois conflits destructeurs. Il nous oblige pardessus tout à considérer l’humanité comme une seule grande famille. Finalement, Stuart, vous n’avez pas 3 familles, mais 4. Votre ministère vous rend responsableaussi de cette famille humaine, puisque, selon la belle expression du Concile Vatican II, « L’Église est dans le Christ, en quelque sorte le sacrement, c’est à dire le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genrehumain ».

Stuart, au moment où vous allez vous offrir en vous confiant à l’intercession des saints, au moment où par l’imposition de mes mains et la prière consécratoire,vous allez recevoir le don du presbytérat qui vous configure au Christ prêtre etvous donne d’agir en son nom, nous demandons selon la belle formule qu’EloiLeclerc prête à Saint François, que vous soyez au milieu de vos frères, « le témoin pacifié du Tout-Puissant ».