20161019 Sabcé jumelé avec notre paroisse

Sabcé paroisse Charles de Foucauld / Limoges paroisse de La Trinité

Mercredi soir après la messe de 18h30 à l’église Sainte-Bernadette, nous nous sommes retrouvés pour entourer, partager et écouter Adelaïde BATIEBO, une des 21 membres de la délégation venue du diocèse de Ouahigouya pour fêter avec nous les 50 ans du jumelage entre nos deux diocèses.

Pour voir les photos cliquez ici

La Trinité est jumelée avec Sabcé, et le P. Emmanuel DANGIN depuis son arrivée sur notre paroisse a désiré redynamiser nos échanges en formant une équipe pour faire revivre ce jumelage. Il faut bien reconnaître que jusqu’à maintenant malgré l’intérêt suscité, l’engagement touchait peu de personnes. Notre Eglise de Limoges est dans une réalité où le partage des missions à remplir se répartit sur trop peu de “têtes” ce qui provoque malgré les bonnes volontés,  une difficulté à s’ouvrir sur d’autres “chantiers” !

Adelaïde, 64 ans, retraitée, est venu du Burkina Faso  pour  nous présenter, à nous « petits limougeauds du bout du monde », la situation de la paroisse de Sabcé. Elle a dressé avec le P. Séverin OUEDRAOGO son curé, une étude très détaillée de la réalité de la paroisse, avec ses atouts et ses difficultés : une vitalité de la foi et un manque de moyens qui ne peuvent pas laisser indifférent !
Leur travail démontre l’intérêt qu’ils ont pour s’investir dans ce jumelage. La palette des actions pour créer des liens et des ponts et nous faire grandir les uns les autres est multiple. Pour toutes générations il sera possible de vivre des échanges fraternels.

La paroisse du Bienheureux Charles de Foucauld vient de naître  puisqu’elle a 10 ans d’existence. Elle est composée d’adultes, et de jeunes en grande majorité. Chaque année les demandes de sacrements sont en progression, beaucoup de catéchumènes et de vocandi (jeunes femmes et hommes se posant la question d’une vocation en Eglise) …  les églises sont trop petites pour tout ce monde !

Quel contraste avec nos communautés dans notre société où la transmission devient difficile avec les jeunes générations. Leur montrer le chemin, la vérité,  la vie avec notre Seigneur est notre défi de chrétiens d’aujourd’hui, mais nos jeunes ne sont plus là, une génération manque…

Sabcé est riche de nos vides, une jeunesse qui manque de tout matériellement, mais pleine d’une foi vivifiante, avec des projets, une soif de connaître, d’apprendre, de grandir : quelle espérance !

Au travers de la présentation réaliste et sans accroche émotive d’Adélaïde, on devine les attentes immenses de cette jeune génération de catholiques envers notre pays riche.

Notre paroisse de La Trinité, est pauvre, mais elle est composée d’hommes et de femmes de cœur appelés à vivre une véritable solidarité avec notre paroisse sœur. Aidons cette jeunesse, Sabcé a besoin de nous.

Le diocèse de Ouahigouya va fêter les 50 ans du jumelage le 4 décembre, et notre évêque souhaite envoyer 21 personnes de notre diocèse pour nous représenter. Y aura-t-il une personne de La Trinité ?

Nous ne le savons pas encore, mais la venue d’Adelaïde est pour tous chargée de promesses d’avenir.

Tous les dons pour Sabcé sont à établir à l’ordre de la Paroisse de La Trinité.