Lettre aux chrétiens du P. Jean-Michel BONNIN, au sujet de la pédophilie

Chers Amis,
Comme beaucoup de membres de l’Eglise, je suis horrifié par tant de scandales liés à la pédophilie et aux déviances sexuelles de la part de prêtres voire d’évêques.

Ma pensée et ma prière quotidiennes vont en premier vers toutes les victimes honteusement blessées à vie et à leurs familles de sang et/ou spirituelles. Pour ces préjudices, “grâce à Dieu” il n’y a pas de prescription au niveau moral.

Ma pensée et ma prière quotidiennes vont aussi vers les évêques plus ou moins récemment nommés qui doivent “gérer” ce que leurs prédécesseurs et aînés n’ont pas su ou voulu prendre en compte. J’ose imaginer combien c’est lourd pour eux. Ma pensée et ma prière vont aussi vers les membres qui, par les actes graves qu’ils ont posés, ont défiguré l’Eglise. ” Qu’as – tu fait de ton frère ?” (Genèse 4). Comme prêtre, je reste solidaire de tous les membres de l’Eglise, quels qu’ils soient, et plus largement encore de tous mes frères en humanité, même si je ne suis pas d’accord avec les crimes et si je dénonce bien évidemment les actes honteux commis par certains.

Membres de l’Eglise, restons humbles, faisons profile bas, reconnaissons que nous sommes humains, avec nos zones d’ombres et nos beautés, sans toutefois céder à la désespérance. Le Pape François nous le rappelle : « Ne vous laissez pas voler l’Espérance” . En ce moment l’Eglise reçoit une « baffe » ; elle a dans sa chair un « abcès » qu’elle a commencé à percer ; il doit être vidé et « purifié ». L’Eglise est sous les feux des projecteurs : elle s’en passerait bien, surtout pour ces raisons. Viendra sans doute un jour où nous découvrirons avec le même effroi, que l’Education Nationale, les Associations culturelles, sportives, etc, et les familles au sein desquelles sont vécus 80 % des abus sexuels, sont aussi des lieux où ces crimes sont vécus. Si je dis cela, ce n’est pas pour minimiser ou relativiser ce qui blesse et fragilise l’Eglise actuellement. N’y aurait-il qu’un cas de dérive sexuelle chez les pasteurs, ce serait un cas de trop. Ne mettons pas les prêtres sur un piédestal. Mais ne voyons pas non plus en chacun d’eux un danger réel ou en puissance. « Ne nous laissons pas voler l’Espérance ». L’Eglise est entrée dans une phase où beaucoup de moyens sont mis en œuvre pour tendre vers l’éradication de l’ivraie (= la zizanie).

Ces derniers jours j’ai reçu un beau  témoignage que je veux vous faire partager. L’auteure, au-delà des “cols romains”, comme elle écrit, pointe du doigt le “cléricalisme” que le Pape François dénonce aussi bien chez les clercs que chez les laïcs d’ailleurs, et pas spécialement les tenues vestimentaires. Alors, dans l’Espérance, la Foi et la Charité, œuvrons sous la discrète mouvance de l’Esprit de Pentecôte pour rendre toujours plus belle notre Eglise, par nos témoignages de vie. Aimons-là. Faisons-la aimer.

Bonne route vers Pâques. Belle fête de la Résurrection. Bien fraternellement,

Jean-Michel BONNIN,

Curé des paroisses St Eloi des Hauts de l’Aurence et de La Trinité
1er Avril 2019