Au revoir Père Binon!

70 ans, déjà ! Au revoir et merci !

70 ans déjà !

Le 6 Novembre à Lupersat le Père Binon rendait grâce à Dieu pour toutes ces années au service des autres et de la Parole. Tous ses confrères étaient réunis autour de lui. L’assemblée nombreuse est venue, parfois de loin, honorer et fêter son pasteur durant tant d’années.

Le Père Binon avait souhaité que l’eau et la lumière guident cette célébration : L’eau, comme symbole de vie, et rappel de la source qui coule sous l’église St Oradour. La lumière, comme symbole de la flamme qui l’anime.

Dès l’ouverture, ces deux inspirations étaient bien présentes : le chant « Réveille les Sources » et l’aspersion de l’assemblée nous rappelaient l’eau de notre baptême. La lumière, portée par les enfants jusqu’à l’autel, les aubes blanches et lumineuses des célébrants et des enfants de chœur resplendissaient autour du livre de la Parole.

Evoquons un moment d’émotion lors de l’offertoire et le chant « Ô, prends mon âme ! » cher au Père Binon, porté avec talent par les voix de la chorale accompagnée de l’assemblée. Même le soleil s’est invité à la fête en brillant dans le chœur déjà éclatant de cette belle église rénovée.

Et pour l’envoi, le beau chant final faisait à nouveau étinceler la lumière et jaillir l’eau vive : « Vierge de lumière, tu es la source vive ».

Dans sa prise de parole, le Père Binon a voulu dire 3 mercis :

– merci à Dieu, pour sa vocation et son sacerdoce.

– merci à toute la communauté (amis, famille, paroissiens, confrères, chorale,…)

– merci à Marie, sa Mère, notre Mère à tous, pour qui il a une dévotion toute particulière et à qui il confie chaque jour ses fidèles.

Madame le maire et le conseil ont tenu à remercier le Père Binon pour ses années de présence à Lupersat lors d’un pot de l’amitié à la salle des fêtes.

A notre tour, nous les paroissiens, remercions le Père Binon pour cette vie donnée à Dieu, à l’Eglise et à notre paroisse et pour sa présence spirituelle bienveillante et fidèle. Nous lui disons Au revoir, et merci !

C.M. et E.G.