St Oradoux prie pour nous

Saint Oradoux, prie pour nous !

En ce jour de fête de St Oradoux, la petite église de Lupersat avait revêtu ses plus beaux atours pour honorer la sortie des reliques de son Saint. Tout de rouge vêtus, prêtres, diacre, enfants de chœur et petites filles ont porté la chasse de St Oradoux en procession jusqu’à l’autel. Une messe pleine de beauté et de simplicité pour inaugurer la réouverture estivale de l’église. Une messe pleine de joie aussi, à l’image de l’hymne à St Oradoux entonné en final avec beaucoup d’entrain par le Père Binon.

Mais qui était St Oradoux ? A.S. nous le présente :

« Evoquer St Oradoux, c’est ressentir à nouveau les prémices de l’été et les messes où notre curé nous parlait de son compatriote, son frère en chrétienté. C’est aussi accepter d’être imprécis, de ne pas savoir. C’est enfin résister au besoin de l’extraordinaire, du merveilleux.

Nous sommes sans doute vers les années 400, St Martial a parcouru et évangélisé la région de Limoges, les grandes invasions barbares sont proches. Voici un habitant du pays, il se convertit au christianisme, et il meurt à l’âge de 24 ans près du village de Gioux.

Voici une existence si brève, peut-être toute simple, et pourtant les traces visibles de son passage ne manquent pas. Arrêtons-nous sur quelques-unes.

– Son nom d’une force inhabituelle, adorator (ad deum ora), puis Oradoux (ora ad deum), celui qui parle à Dieu. Voilà un intercesseur qui mérite de ne pas tomber dans l’oubli.

– Un sanctuaire où nous nous trouvons rassemblés ce matin, sanctuaire élevé sous la pression des miracles du Saint et des foules venues en pèlerinage sur sa tombe.

– Ces reliques incertaines qui sont présentées à notre vénération

– Deux fontaines, celle de Lupersat et celle de Gioux, qui marquaient le parcours d’une procession qui serpentait sur nos chemins étroits.

– Un hymne dont la vaillance traduit plus les modes de l’époque de sa composition que la discrétion du Saint qu’il honore.

– Une invocation que m’a confiée l’abbé Binon, il me pardonnera sans doute de ne pas lui donner son accent authentique : Saint Abdon, edam don, Saint Oradoux, pria pour nous. Saint Abdon, aide-nous, Saint Oradoux, prie pour nous »

Saint Oradoux, prie pour nous ! (C.M).