La famille, lieu privilégié où toute personne peut donner et recevoir de l’amour.

Suite au synode sur la famille initié par le Pape François, Mgr Kalist, alors évêque de Limoges, proposait aux communautés paroissiales d’organiser des débats dans cet esprit synodal à partir d’une lettre pastorale en lien avec le  livre du Pape « La joie de l’Amour ». C’est dans cet élan qu’une trentaine de paroissiens s’est réunie dimanche 12 mars pour débattre à partir de témoignages sur l’évangélisation de notre vie en famille.

La famille, lieu privilégié où toute personne peut donner et recevoir de l’amour. Mais aussi lieu de défis nombreux et complexes. Famille lieu où tout au long de la vie il nous est donné de retrouver les divers aspects des propositions de l’Église, mariage, naissance, baptêmes,

Beaucoup ont réagit au témoignage d’Emmanuelle, maman de trois adolescents qui nous a partagé les échanges sur la religion et la foi avec ses enfants. Ses enfants sont à des âges (15, 17 et 20 ans) auxquels on se pose beaucoup de questions, mais aussi auxquels on se construit et on s’affirme. Emmanuelle est la seule au sein du couple parental à porter la question de la foi. Ses enfants expriment mieux leur foi au sein de leur groupe Scout, ou à travers un concert de Glorius qu’à la messe dominicale qu’il ne trouve pas assez « fun ». Ils sont pudiques pour parler de leur foi, pour eux c’est compliqué de s’afficher en tant que « cathos », compliqué par rapport à certaines positions de l’Église…

Les adolescents sont très sensibles et nous bousculent parfois, mais nous apportent aussi énormément à travers leurs réflexions souvent pertinentes.  Avec les ados, dit Emmanuelle, c’est aimer, pardonner, donner, accompagner…

Autre témoignage, riche d’humour et de tendresse, d’Édith et d’Alain qui dés le début de leur union avaient comme projet de vie d’adopter des enfants, ils ont ainsi accueilli deux petites filles du bout du monde, ce qui avec leurs trois garçons fait une belle fratrie. Ils ont aussi évoqué les difficultés rencontrées et l’incompréhension de leur entourage face à un projet de vie qui sortait des sentiers battus. Ils ont souligné l’importance du relationnel et leur volonté d’apporter à leurs enfants une ouverture sur le monde.

Ce sont enfin Sabine et Dominique qui nous ont expliqué comment ils ont vu grandir leur foi au sein des « Équipes Notre Dame ». Dés le début de leur rencontre, souhaitant dépasser le modèle sociologique de leurs parents, la réflexion spirituelle en couple s’est imposée, elle n’a jamais cessé.

Après avoir été membres du mouvement Sève, ils ont intégré un groupe des « Équipes Notre Dame ». Ils peuvent, au sein de cette équipe, qui se retrouve chaque mois, partager avec d’autres couples sur les difficultés et les aspects de la vie de couple et de famille, ils bénéficient également de l’accompagnement spirituel d’un prêtre. Cette spiritualité s’appuie sur des points concrets d’effort , comme le devoir de s’asseoir , une fois par mois sous le regard de Jésus, ou encore la prière conjugale, la règle de vie, l’oraison et la retraite annuelle.

Chacune de nos familles est bien spécifique, avec des façons d’aborder la vie et la spiritualité qui lui sont propres, mais les interrogations des parents, des enfants, des ados se retrouvent dans chaque foyer. L’essentiel est l’amour donné et reçu qui permet à chacun et à tous de se construire et de grandir. On peut conclure en priant pour tous les enfants et adolescents qui manquent cruellement de cet amour.