Saint-Luc : Avec St Matthieu, 70 paroissiens de Saint-Luc ont cheminé vers Pâques

L’équipe pastorale et le conseil pastoral de St Luc se sont saisis de la proposition de Mgr. Kalist : « Eveillons nos communautés à la vie synodale ».

A la suite de l’appel lancé par notre curé à l’occasion de l’Epiphanie, il nous a fallu trouver des animateurs, les réunir autour de notre Pasteur pour une brève catéchèse sur l’Evangile de St Matthieu, élaborer ensemble une démarche commune à proposer aux groupes, et enfin, « se jeter à l’eau », espérant très fort que l’Esprit s’arrêterait un peu au-dessus de notre paroisse Saint-Luc.

Fort heureusement, il n’a pas été sourd à nos prières…

Ainsi, 9 groupes de 8 personnes en moyenne se sont retrouvés à trois reprises pendant une heure trente à deux heures.

Ce cheminement vers Pâques a ainsi été jalonné d’interrogations, de demandes, de belles réflexions…

En voici quelques-unes :

– Une Eglise de la Croix : « Avant, je refusais la Croix car Jésus, pensais-je, était mort pour nos péchés, donc à cause de moi. Quand je me suis vraiment convertie, je l’ai acceptée car tout ce que je lisais dans l’Evangile parlait à mon cœur et non plus seulement à ma tête ».

– Une Eglise de la Lumière : Avons-nous réellement des « têtes de transfigurés », témoins des merveilles de Dieu dans nos vies ?

 – Une Eglise de la Fragilité : Le dimanche n’est plus une fête, ne sommes-nous pas responsables ? Savons-nous accueillir les enfants et les exclus à nos célébrations ?

 – Une Eglise du Pardon : Le repentir, c’est remonter la pente de l’Amour pour récupérer la confiance de celui que l’on a offensé.

Une Eglise de la Justice nouvelle : « C’est l’ajustement incessant de chacun de nous à l’amour de Dieu ».

Beaucoup d’autres idées, bien sûr, ont été partagées : nous en ferons la synthèse pour l’envoyer au Père Xavier Durand, ainsi qu’il nous l’a été demandé.

Le plaisir et l’envie de se retrouver ont marqué le carême 2017 pour ces paroissiens de Saint-Luc. Ensemble nous avons avancé sur le chemin de la Résurrection de notre Seigneur et, sans doute, un peu vers notre propre Résurrection.

Pour conclure, j’emprunterai les mots d’une personne de mon groupe :

« Si Dieu t’excuse et ne te juge pas, pourquoi baisser les bras ; il faut savoir sourire, mourir, ressusciter dans les bras du Christ et faire sa volonté toute entière ».

Michelle MARBOUTY