Saint-Luc : EDITO Septembre 2017

Une rentrée “en diocèse”

 

C’est une rentrée un peu exceptionnelle que nous nous apprêtons à vivre. Dimanche prochain, notre Eglise de Limoges accueillera son nouveau Pasteur. Il sera d’abord ordonné par l’archevêque de Poitiers, l’évêque de Sées et l’ancien évêque de Limoges. Puis, il prendra possession de sa charge en s’asseyant sur la “cathèdre”… de sa nouvelle cathédrale. Il sera alors reçu par le peuple chrétien, sans doute sous la forme d’applaudissements nourris.

Nouvelle page pour l’histoire de notre diocèse.

Je voudrais souligner trois dimensions du ministère pastoral de notre évêque, en évoquant trois façons de l’appeler.

  • Pierre-Antoine. Nous l’appellerons ainsi dans la prière eucharistique : « Veille sur notre évêque Pierre-Antoine » (prière eucharistique II). C’est son nom de baptême ; il est notre frère en Christ, comme tout baptisé. « Evêque pour vous, chrétien avec vous » (Sermon CCCXL, 1) disait Saint Augustin pour définir son ministère épiscopal : une fraternité et un service, un service fraternel. C’est l’essentiel.
  • Père. Depuis le Concile Vatican II, on appelle souvent les évêques ainsi. C’est souligner une dimension première de leur ministère : nous engendrer sans cesse dans la grâce de Dieu. « Ne donnez à personne le nom de Père, dit Jésus, car vous n’avez qu’un seul Père qui est aux cieux. » (Matthieu 23, 9). L’évêque manifeste sacramentellement la paternité divine : s’entendre appeler « Père » par ceux et celles dont il a reçu la charge pastorale, c’est toujours pour lui le rappel de cette mission.
  • Monseigneur. Une expression plus traditionnelle, un peu officielle. Prenons-y garde : il ne s’agit pas d’honorer à la façon des sociétés humaines, une sorte de supérieur hiérarchique. Il s’agit plutôt de rappeler que l’évêque tient au milieu de nous la place du Seigneur Jésus-Christ prêtre, prophète et roi : prêtre d’une alliance nouvelle, fraternelle, prophète de la foi en un Dieu d’amour, roi d’un « royaume qui n’est pas de ce monde » (Jean 18, 36), royaume qui sourd et surgit des cœurs transformés par la grâce. Au soir du Jeudi Saint, après avoir lavé les pieds de ses apôtres, le Seigneur leur dit : « Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison car vraiment je le suis. Si donc, moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres » (Jean 13, 13-14).

Prions maintenant avec ferveur pour notre frère Pierre-Antoine, qui va devenir le 107ème successeur de Saint-Martial, père pour notre diocèse, image sacramentelle du Seigneur au milieu de nous.

A chacun et chacune de vous, à notre paroisse, je souhaite une bonne rentrée, et particulièrement aux écoliers, collégiens, lycéens et étudiants qui avancent sur le chemin de leur croissance. A tous, bonne année pastorale.                                                                                                                                                                                     Ch.A.F.+