Sainte Thérèse de Lisieux à Rochechouart

Mardi 29 octobre 2019 en l’église de Rochechouart a été exposée une relique

de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face.

 

En présence de membres de notre communauté,  le Père Claude CHARTIER

accompagné d’Emmanuel RENAULT diacre

ont permis le déroulement dans la prière de cette heure d’union avec Sainte Thérèse.

Au cours de cette cérémonie une prière dédiée à la sainte,  et rédigée par Monseigneur BOZO a été lue par l’ensemble des participants. Malgré son bref parcours terrestre Thérèse a eu le temps de nous montrer son chemin par “la petite voie” qu’elle nous a transmise pour parvenir à Jésus et nous enseigner son Amour et sa Miséricorde.

Nos prières et nos chants se sont élevés vers elle et nous lui avons confié nos peines, nos faiblesses, nos douleurs morales ou physiques, nos doutes, sans omettre nos proches, mais également nous n’avons pas oublié de la remercier pour les grâces obtenues,et le soutien qu’elle nous a donné et qu’elle continue à nous prodiguer.

Par ses prières et ses sacrifices, Thérèse de l’Enfant-Jésus veut sauver des âmes mais aussi en gagner de nouvelles et devient paradoxalement missionnaire sans sortir du Carmel, à cause aussi de sa santé précaire. 

« Rappelle-toi de la très douce Flamme
Que tu voulais allumer dans les cœurs.
Ce Feu du Ciel, tu l’as mis en mon âme,
Je veux aussi répandre ses ardeurs.
Une faible étincelle, ô mystère de vie
Suffit pour allumer un immense incendie.
Que je veux, ô mon Dieu,
Porter au loin ton Feu ! »

           (Poésie de Thérèse )

Elle désire que de plus en plus de personnes, partout dans le monde, connaissent l’amour de Jésus. Un Carmel vient d’être fondé à Hanoï. Comme elle aimerait y être envoyée ! Mais sa santé est trop fragile : elle ne supporterait même pas le voyage.

Le Seigneur exaucera son désir autrement. Différents événements lui montrent de quelle manière elle sera missionnaire.

Elle écrira à un père missionnaire en Afrique ces quelques mots qui montrent son désir d’accompagner ceux qui sont à travers le monde les porteurs de la Foi et de l’Evangile.

« Travaillons ensemble au salut des âmes ; moi je puis faire bien peu de chose, ou plutôt absolument rien si j’étais seule ; ce qui me console c’est de penser qu’à vos côtés je puis servir à quelque chose ; en effet le zéro par lui-même n’a aucune valeur, mais placé près de l’unité il devient puissant, pourvu toutefois qu’il se mette du bon côté, après et non pas avant !… C’est bien là que Jésus m’a placée et j’espère y rester toujours, en vous suivant de loin, par la prière et le sacrifice 

A méditer ces paroles que Sainte Thérèse nous a transmises :

« Oui je le sens, quand même j’aurais sur la conscience tous les péchés qui se peuvent commettre, j’irais, le cœur brisé de repentir, me jeter dans les bras de Jésus, car je sais combien Il chérit l’enfant prodigue qui revient à Lui »